Les infos du moment à l'HFR ? C'est ici

Importante depuis l'aube de l'humanité, la santé est devenue un élément essentiel de nos préoccupations quotidiennes. Conséquence : l'hôpital fribourgeois (HFR) se retrouve fréquemment au cœur de l'actualité médiatique, politique ou économique cantonale, voire nationale.

Ici, vous trouverez diverses informations destinées aux médias, l'ensemble des news, annonces de manifestations, communiqués de presse et autres infos qui témoignent de l'activité et de l'évolution de l'hôpital fribourgeois.

Actualités

Première romande en cardiologie : un pacemaker de dernière génération implanté à l'HFR

Le 26 juin dernier, un pacemaker de toute dernière génération a été implanté sur un patient à l'HFR Fribourg – Hôpital cantonal. Cette première romande a été réalisée avec succès par le Dr Denis Graf, médecin adjoint et cardiologue à l’HFR Fribourg – Hôpital cantonal, et son équipe. La principale nouveauté apportée par cette technologie est son antenne intégrée, qui permet à l'équipe médicale de communiquer à distance avec l'appareil, facilitant ainsi son réglage et assurant une plus grande sécurité et un plus grand confort au patient.

Ce nouveau stimulateur cardiaque permet un suivi longitudinal du patient grâce à ses fonctions de télésurveillance. La pose du boîtier et des sondes nécessite une intervention d'environ une heure réalisée en ambulatoire. Le contrôle à distance du pacemaker, grâce à un récepteurémetteur installé au domicile du patient, procure de nombreux avantages. Ce suivi télémétrique permet de réduire le nombre de contrôles au centre d'implantation, sans altérer la sécurité des patients. La diminution du nombre des visites allège le travail du centre d'implantation et offre un potentiel d'économie.

De plus, ce système permet au médecin d'être averti beaucoup plus vite lorsque qu'un événement comme une arythmie ou un problème technique de l'appareil survient. La télésurveillance permet ainsi de détecter précocement les anomalies, de convoquer plus rapidement le patient et de mettre en place le traitement le plus approprié. C'est donc bien la sécurité et le confort du patient qui augmentent avec l'implantation de cette nouvelle technologie.

Transmission des données par téléphone
Le pacemaker de nouvelle génération placé sous la peau est capable d'effectuer des tests standards tels le contrôle de l'état de la batterie, celui des seuils de stimulation et de détection cardiaques ou encore l'analyse de la résistance des sondes et de faire parvenir ces données à l'équipe médicale. Un récepteur-émetteur installé en général au domicile du patient permet en effet de télécharger les données transmises grâce à une micro-antenne depuis l'appareil implanté et de les transmettre via le réseau téléphonique fixe ou mobile vers un serveur central géré par le fabriquant et accessible par le médecin sur Internet. Les données sont communiquées à des dates prédéfinies ou automatiquement en cas d'alertes émises suite à la détection d'une anomalie technique ou clinique. Cette technologie était jusqu'à présent uniquement disponible pour les défibrillateurs entièrement automatiques (DEA), dont le rôle est d'analyser le rythme cardiaque et si nécessaire de délivrer un choc électrique, ou défibrillation.

Une anesthésie locale
Une simple anesthésie locale suffit à installer l'appareil sous la peau, à placer sa ou ses sondes dans le coeur et à optimiser ses réglages. Chaque sonde, qui donne les impulsions électriques commandée par la pile, est introduite par une veine, puis enfilée jusqu'au muscle cardiaque pour être enfin placée dans les parois d'un ventricule ou d'une oreillette. Au niveau technique, les principaux avantages de ce nouveau pacemaker sont une batterie de plus grande autonomie, de nouveaux outils de diagnostic ainsi qu'une capacité d'enregistrement quatre fois plus grande que les anciennes générations.

Page modifiée le 25.05.2018 à 10:39