Les infos du moment à l'HFR ? C'est ici

Importante depuis l'aube de l'humanité, la santé est devenue un élément essentiel de nos préoccupations quotidiennes. Conséquence : l'hôpital fribourgeois (HFR) se retrouve fréquemment au cœur de l'actualité médiatique, politique ou économique cantonale, voire nationale.

Ici, vous trouverez diverses informations destinées aux médias, l'ensemble des news, annonces de manifestations, communiqués de presse et autres infos qui témoignent de l'activité et de l'évolution de l'hôpital fribourgeois.

Actualités

Réanimation après un arrêt cardiaque : mise en place d'un réseau de " First Responders" et création du prix Les Chevaliers du cœur

Dès le 1er janvier 2017, les " First Responders ", prêt-e-s à intervenir en cas d'incident cardiaque en attendant l'arrivée de l'ambulance, complèteront le dispositif d'urgence actuel. L'objectif est de disposer d'un réseau dense de personnes qui couvre l'ensemble du territoire cantonal. Le projet est porté par la Direction de la santé et des affaires sociales (DSAS) et la Fondation Fribourg Cœur, en collaboration avec tous les acteurs du domaine du sauvetage. La Fondation Fribourg Cœur, soutenue par la DSAS, a saisi l'occasion du lancement du projet pour créer un prix Les Chevaliers du cœur, récompensant les personnes qui ont sauvé des vies ces dernières années.

Les " First Responders " sont des personnes majeures et bénévoles, capables de prodiguer des gestes de base de réanimation en cas de suspicion d'arrêts cardiaques. Comme elles ne sont en général pas issues du monde de la santé, ces personnes doivent pour cela avoir suivi une formation minimale de BLS-AED-Basic (Basic Life Support-Automated External Defibrillation) valable durant 2 ans. Les " First Responders " ne couvrent pas de secteur défini, mais sont alerté-e-s par la centrale sanitaire 144, via une application nommée Momentum. Si ils ou elles se trouvent près du lieu de l'incident, les " First Responders " valident l'alarme et se rendent sur place.

Actuellement, les policier-ère-s sont les principaux intervenant-e-s engagés comme " First Responders " à couvrir l'ensemble du territoire cantonal. Il existe cependant d'autres groupes de " First Responders " qui couvrent certaines régions spécifiques, par exemple Jaun.
Les policier-ère-s sont recruté-e-s, formé-e-s, alarmé-e-s et débriefé-e-s selon une procédure spécifique.

L'élargissement du système " First Responders " à d'autres personnes devrait permettre de densifier le réseau de premiers intervenants et de diminuer le temps sans traitement chez un-e patient-e victime d'un arrêt cardio-respiratoire, ce qui permettra notamment de couvrir le territoire cantonal.

Pour la mise en place de ce système, la DSAS a mené les travaux avec les différentes acteurs du domaine du sauvetage : Fondation Fribourg Cœur, services d'ambulances, samaritains, réseaux de santé, police, centrale d'urgence 144, hôpitaux publics, ECAB et préfectures. Le concept de " First Responders " complète le dispositif d'urgence déjà en place et la mesure de déclaration obligatoire de défibrillateurs introduite ce printemps. Ces derniers sont actuellement au nombre de 300.

L'introduction du concept de " First Responders " aura également l'avantage de fournir des informations permettant de disposer à terme de chiffres statistiquement fiables au niveau du canton.

La Fondation Fribourg Cœur, avec le soutien de la DSAS, décernera le 15 octobre prochain pour la première fois le prix Les Chevaliers du cœur lors de la Foire de Fribourg. Grâce à l'intervention des policiers formés au BLS-AED et à l'utilisation de leur défibrillateur, 6 patients ont été sauvés. Le prix des Chevaliers du cœur sera remis aux policiers ainsi qu'aux témoins qui sont intervenus lors de ces 6 situations.

Arrêt cardiaque et réanimation
L'arrêt cardiaque est défini par une interruption brutale de la circulation et de la respiration généralement provoquée par une arythmie cardiaque maligne appelée fibrillation ventriculaire.

Le facteur temps est primordial pour augmenter les chances de survie en cas d'arrêt cardio-respiratoire. Une prise en charge immédiate par des personnes formées en gestes de premiers soins, soit les massages cardiaques et la défibrillation est nécessaire.

En effet, le taux de succès diminue de 10% chaque minute qui s'écoule entre l'arrêt du cœur, le massage, voire la défibrillation.


Page modifiée le 27.09.2018 à 17:12